Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Trabzon et son monastère

Pays visité du 25 septembre au 29 octobre 2019

Vingt-sixième chronique de notre 14 mois en Eurasie (trip qui n’aura été que de 8 mois, Covid oblige). Elles se suivent toutes chronologiquement selon notre itinéraire. À vous de les lire dans l’ordre qui vous plaît. Bonne lecture!

Isabelle & Jérémy

 

 

Le fait le plus cocasse de ce récit d’aventures est sans aucun doute celui d’être allez à Trabzon précisément pour voir le monastère Sumela et de ne pas l’avoir vu! Et ce n’est pas faute d’avoir essayé!

 

trabzon

 

Fait cocasse

Vol interne Istanbul-Trabzon, j’étais motivée tsé. Nous avons passé 5 nuits dans cette région avec comme seule mission de visiter ce fameux monastère imbriqué dans la paroi de la montagne.

Dès le début du séjour, je réserve un tour guidé d’une journée qui propose justement ce lieu. Il paraît que c’est très difficile d’y avoir accès en transport en commun.

La journée commence tout en bonne humeur avec comme compagnons de tour une gang d’Iraniens vraiment heureux de faire ce trip. Ils nous partagent leur musique et hop, ça danse du haut du corps avec les bras (on est assis dans un minibus quand même), ça rigole, ça discute fort en iranien. Chaque fois qu’ils sortent une collation, ils en proposent à tous le bus. J’ai adoré partager ces quelques heures avec eux.

Le chauffeur du minibus ne parle pas un mot anglais. Son travail consiste à nous conduire du point A au point B, puis le C et le D pour finir par le Sumela Monastri.

Nous avons passé par de merveilleux paysages, comme le témoignent mes photos du jour. Le hic, c’est que le chauffeur, pas trop pressé, nous a reconduits au monastère à la tombée de la nuit!

Imaginez que le monastère est très haut juqué dans sa montagne… et qu’il n’est pas illuminé ce monastère… et que par conséquent, ben ledit monastère s’est caché dans la pénombre et que ben moi, pauvre touriste venue visiter ce monument précisément, ben j’ai été très déçue d’avoir manqué mon moment avec mon précieux!!!

Au retour, j’ai été me plaindre à la compagnie touristique. Le ti monsieur me dit alors qu’ya rien à voir dans ce monastère et que c’est pour ça qu’ils ont organisé le tour ainsi.

Ah ben non! Franchement! Je me défends avec ma face de pas contente et mon anglais assuré. Je me fous bien de ce que LUI il pense, que je lui dit poliment. J’ai booké ce tour UNIQUEMENT pour le voir ce monastère et que j’ai même été très clair sur ce point lors de ma réservation.

Insensible, il ne veut pas avouer que sa compagnie est dans le tort. Quoi qu’il en soit, je demande un remboursement et je l’obtiens. Maigre consolation…

Je vous présente tout de même, en images, les merveilles de ce petit tour mal organisé.

 

Grottes Karaca

karaca caves
 
karaca caves
 
karaca caves
 
karaca caves

 

Pause dîner à Hamsiköy

Hamsikoy
 
Hamsikoy
 
Hamsikoy
 
Hamsikoy

 

Photos ci-bas: raviolis turques avec yogourt (manti) et un dessert particulièrement famous dans cette région, le pouding au riz avec son crumble de noix sucrées sur le dessus (Hamsiköy-Sütlacı)

 

manti
 
Hamsiköy-Sütlacı

 

Zipline

Arrêt inutile quelque part pour qu’on dépense notre argent de touristes dans une attraction de zipline qui n’intéressa personne au final. J’en ai profité pour me balader dans les environs.

 
trabzon
 
trabzon
 
trabzon

 

Séjour mémorable avec Sevgi

Ce séjour fut tout de même un des plus beaux moments de mon voyage. Non pour l’incroyable monastère, mais bien pour la personne que j’y ai rencontrée.

La dame qui nous hébergeait (Airbnb) est une femme avec un cœur immense et une gentillesse inégalée. J’ai été touchée par sa générosité et incroyablement étonnée de notre capacité mutuelle à nous comprendre avec son anglais se résumant à une vingtaine de mots. Un même mot était utilisé à plusieurs sauces et selon sa gestuelle et les mimiques de son visage, j’arrivais à saisir l’essence de ses propos. Je crois aussi que je captais les émotions qui motivait son récit, ce qui était aidant au niveau de la compréhension.

Nous avons passé des heures délectables à papoter dans un langage unique, à rire aux éclats, à se comprendre l’œil humide d’un récit plus délicat et à simplement partager le silence. Cette femme restera clairement une personne importante dans mes souvenirs et je suis très reconnaissante que la vie l’ait placé sur ma route.

 

Sevgi trabzon

 

Photos ci-bas: on cuisine un plat typique qui se consomme au déjeuner, le menemen, une sauce tomatée avec des oeufs à l’intérieur. Délicieux. S’en suit le brunch fait spécialement pour nous! Nous avons dégusté ce repas sur la terrasse du 7e étage. Les mouettes allaient et venaient devant nous en quête d’un morceau de pain. Je me suis amusée comme une gamine à les capturer avec mon kodak!

 

Sevgi trabzon
 
Sevgi trabzon
 
trabzon
 
trabzon
 
trabzon

 

Photo ci-bas : un superbe après-midi passé avec ma nouvelle amie. Balade sur le bord de la mer noire, puis petit café turc accompagné de divins baklavas.

 

trabzon
 
trabzon
 
trabzon
 
trabzon
 
trabzon
 
trabzon

 

La pollution est malheureusement omniprésente en Turquie… tellement que ma chummy n’a pas compris mon désarroi quand je lui ai signifié ma tristesse de voir autant de garbage partout.

 

trabzon

 

Photos ci-bas : visite furtive de Boztepe, un endroit coquet pour boire un thé turc tout en ayant une vue splendide sur la mer noire. Ensuite, découverte du karadeniz pidesi, un pide beaucoup plus savoureux, à mon sens, que les autres pide servit ailleurs dans le pays. Pâte plus épaisse et sauce au beurre onctueuse.

 

trabzon
 
boztepe
 
boztepe
 
trabzon

 

Photos ci-bas : j’ai visité en solo le marché de Trabzon, avec une petite escale sur le bord de l’eau. Un moment libre comme je les aimes.

 

trabzon
 
trabzon
 
trabzon
 
trabzon
 
trabzon
 
trabzon

 

En transit à Istanbul

Étant arrivés le matin de Trabzon en avion et repartant dans un train de nuit vers Sofia en Bulgarie, nous avions une journée à tuer dans les environs d’Istanbul. Nous avons donc gaiement passé notre dernière journée en Turquie dans un district surpeuplé de petites familles portant le nom difficilement prononçable de Küçükçekmece.

Des familles par dizaines composées de papas démontrant à qui veut regarder l’amour inconditionnel qu’on porte à sa progéniture.

 

Istanbul

 

Toujours dans l’observation de l’homme turc, j’ai remarqué qu’ils aiment déambuler à plusieurs côte-à-côte. Jeunes et moins jeunes, une lenteur dans la foulée, chapelet à la main souvent croisée derrière, ils papotent tout en appréciant la vie qui grouille tout autour.

La photo ci-bas fut prise sur le vif, d’où un cadrage moyen. C’était là ou pas pantoute, donc j’ai choisis l’instant.

 

Istanbul

 

Photo ci-bas : des balounes et des fusils. Le but est de faire éclater ladite baloune. Comme dans les jeux de foire! J’ose espérer que c’était des « carabines à plomb » … et non de vrais armes … J’avoue être dans l’ignorance!

 

Istanbul

 

Conclusion Turquie

Un mois à vivre un pays, à être spectatrice du quotidien des gens et à observer des habitudes étrangères. Tant de conversations épiées sans pourtant en saisir le contenu. Tant de scènes banales remarquées au détour d’une journée bien remplie.

Plus ce voyage avance et plus mon appréciation de cette nouvelle façon de vivre se définit.

L’anxiété, ce stress de fond qui me bouffe la joie, cette anxiété je l’apprivoise, l’accepte et apprends à lui accorder moins de place. C’est un entraînement mental rigoureux qui porte ses fruits avec une lenteur déconcertante. Le recul me permet pourtant de contempler le chemin parcouru avec fierté.

Tout ça pour dire que ce voyage commence à épouser le pattern adapté à cette meilleure version de moi-même que je convoite tant.

La Turquie aura été un pays mémorable pour nous, autant par ces paysages naturels indescriptibles, que sa culture surprenante, son peuple généreux et tous ces moments de croissance personnelle. Et aussi pour ce houleux défi, cette charmante saga FEDEX, surmontée non sans quelques égratignures.

Je vous laisse sur une face de l’ado, une des 1001 grimaces qu’il peut faire dans une journée. Disons qu’il a la musculature faciale bien entraînée !!

 

jérémy

 

 

N.B. Notez que toutes les photos de ce blogue sont miennes et ne sont pas libres de droits.

PARTAGER CET ARTICLE

4 réponses

  1. Les bains turc et la follie furieuse du colis à bien attiré mon attention,je me mettait à ta place etje me voyait ,pas facile surmonté l’anxiété .Tu est tellement forte de surmonté tous ça ,bravo et continue de nous montré ces beaux pays inconnu 😊

  2. Merci Raymonde, ce fut en effet très difficile comme épreuve! Et je n’ai toujours pas de suivi de la part de FEDEX. C’est ce qui me désole le plus au final. Le manque de professionnalisme de cette entreprise. À suivre comme on dit!!

  3. Je suis tellement fière de toi ma belle puce et de Jérémy aussi. Vous avez une force de caractère et une discipline hors paire pour toujours être dans le changement, l’adaptation de chacun des pays que vous visitez. Vous faites preuve de beaucoup de maturité et de lâcher prise, cela se dénote par se qui transpire de vos récits, la quiétude, la zénitude…Vous me manquez….bizou xxxxxxxxxx

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

seize − sept =