Sissi, crète

Économiser pour voyager plus : mes 10 trucs pour y arriver !

Coeur de nomade Infos pratiques Leave a Comment

En juillet 2019, j’ai tout vendu, j’ai quitté mon poste de nutritionniste et je suis partie avec mon ado de 16 ans pour un voyage de 14 mois en Eurasie. Un méchant beau trip comme le témoigne nos faces heureuses et pas trop réveillées prisent sur le vif un matin de roadtrip en Péloponnèse, en Grèce.

Bon, le covid nous a freiné les ardeurs et nous avons dû rentrer après 8 incroyables mois de voyage. Reste que j’avais fait des économies et prévu un budget pour 14 mois !

Vous êtes plusieurs à vous demander « mais comment peut-on économiser pour voyager aussi longtemps ? » Voyager autant est avant tout une décision, un mode de vie.

N’ai-je pas l’air heureuse sur cette photo prise au lac Tuz en Turquie?

Les gens me disent souvent que je suis chanceuse de pouvoir réaliser ce rêve. C’est gentil et oui je suis chanceuse, mais je le suis, car j’ai la force et le courage de prendre la décision de prioriser le voyage. C’est aussi simple que ça !

Comment ne pas vouloir tout faire pour revivre et revivre ce genre de moment inoubliable? Celui-ci est un majestueux coucher de soleil observé à Tel-Aviv en Israël.

J’avais envie de vous partager mes trucs pour économiser qui permettent au voyage d’être au coeur de ma vie.

Je vous présente donc mon mode de vie, en toute humilité. Car oui, c'est comme ça que je vis maintenant et ça ne changera pas. Voyager m’est aussi important que de respirer !

En espérant que cela vous inspire à en faire autant ! Qui sait, ça pourrait être vous derrière la caméra devant ce sublime paysage vénitien !

Étant une pro de l’économie, ma liste de trucs était interminable! J’ai donc divisé mes astuces en deux articles. Le premier (celui-ci en l’occurence) concerne le mode de vie à adopter AVANT de partir. Le second porte sur les économies à faire DURANT le voyage.

1. Être en santé

C’est incontestablement le cadeau le plus précieux au monde. Ayant vécue plusieurs années difficiles au niveau de ma santé, je peux dire qu’aujourd’hui, rien ni personne ne pourra venir m’éloigner de mon bien-être mental et physique.

Aimer son corps et le respecter c’est bouger souvent, manger assez, dormir suffisamment, relaxer et se déposer tous les jours. Voilà la recette pour une économie considérable sur le long terme.

Oui, parce quand la santé est de votre côté, il est beaucoup plus agréable de tout faire avec une aisance pleine de peps et qu'au final, cela entraîne de grandes économies.

La santé permet aussi de réaliser des défis aussi époustouflants qu’impressionnants! Ce fut le cas pour moi au Népal (vallée de Langtang) lors de l’ascension du mont Kaynjin Ri, une excursion à 4300 m. Même pas besoin de porteurs!

2. Déterminer ses priorités 

Avant même de penser à économiser, la première étape est de déterminer ce qui est vraiment important pour vous.

Dans mon cas, j’ai dressé une liste que voici : les 3 premiers sont à égalité et le dernier point arrive en 2e.

  1. Voyager
  2. Ma santé : vélo, yoga, méditation, ski de fond, planche à neige, trekking, marche
  3. La nutrition (bah oui, je suis nutritionniste et c’est une de mes passions, donc ça reste au cœur de mes priorités !)
  4. La photo et l’écriture

Ainsi, j’envisage dépenser de l’argent pour entretenir ce qui me tient à cœur et qui contribue à mon bien-être physique et mental. Pour le reste, je serai extrêmement sélective quant aux dépenses hors priorités.

3. Épargner au quotidien

Vous seriez surpris de constater à quel point l’humain dépense dans une semaine sans trop s’en rendre compte!

Voici la liste de toutes ces petites miettes de dépenses qui, au final, font que mon compte épargne se remplit plus vite qu’espéré:

  • Je fais mon café que j'apporte dans un thermos : moins cher que celui au Café du coin et plus écologique, car je réutilise ma tasse.
  • Je fais mes lunchs.
  • Je traîne toujours ma gourde d’eau réutilisable.
  • J’utilise judicieusement mes cartes de crédit afin de ne jamais payer d’intérêts. Aussi, je les choisis en fonction de leur programme de fidélisation afin d’être toujours gagnante pour chaque « piastre » dépensée.
  • Je planifie ma semaine alimentaire. Ainsi, je fais mes courses en fonction des spéciaux et j’utilise les programmes de récompense pour économiser sur la facture d’épicerie (par ex. PC Optimum). Planifier sa semaine alimentaire devient donc un atout majeur dans l’épargne pour un projet voyage.
  • J'évite le gaspillage alimentaire. Je travaille très fort pour ne jamais jeter de la nourriture ! C’est quand même ma force, étant nutritionniste… j’adore cuisiner et « recycler » mes restes pour ne jamais perdre mes précieuses denrées alimentaires.
  • J'évite les restos. Je ne mange JAMAIS au restaurant (ni ne fais livrer) : sauf exception, comme un souper entre amis, mais pas chaque semaine. Et quand les portions sont plus grosses que mon appétit, je prends mes restes pour emporter. Pas de gaspillage !

4. Devenir minimaliste

Avant d’arriver à tout vendre, j’ai commencé par ressentir ce besoin viscéral de me départir de tout ce qui ne m’était plus utile. Ce processus a commencé il y a 12 ans, quand j’ai vendu ma maison en banlieue de Montréal pour aller vivre plus près de l’université.

Cette année-là, j’ai vendu et donné beaucoup de choses et j’ai poursuivi ensuite ce travail d’épuration de mon environnement chaque année. Chaque dollar gagné est investi pour voyager.

Ajoutons qu’il est primordial de se questionner sur la nécessité de chaque achat. Car s’il est sain d’épurer les placards, il l’est tout autant de ne pas compenser par de nouveaux biens inutiles !

Donc, encore aujourd’hui, je me pose la question « en ai-je vraiment besoin ? » avant chaque dépense.

Je peux entendre certains d'entre-vous me demander, mais, pourquoi devient-on minimaliste, pourquoi opter pour la simplicité volontaire ?

À vrai dire, opter pour une vie sans artifice est un choix très personnel et avant tout une continuité d'un cheminement intérieur. Et ça, c'est un sujet incroyablement large sur lequel je ne vais pas m'aventurer aujourd'hui. Par contre, je peux résumer mon choix de vie en toute simplicité :

Moins on possède de choses, plus on est libre d’apprécier la vie dans sa plus simple expression, plus la liberté devient notre seule sécurité. Et puis, moins on possède de matériel, moins on en a besoin, donc moins on dépense !

Zab

5. Vendre tout ce qui est de trop

Après la réflexion de vouloir moins posséder de biens matériels vient logiquement ce moment où il faut se départir des choses inutiles.

Pour ma part, j’ai séparé les objets en fonction de 3 critères :

  1. Vendre
  2. Donner
  3. Jeter

J’ai donc utilisé le groupe Facebook « À vendre » de ma région, car c’est ce qui fonctionne bien ici. J’ai aussi fait une vente de garage. Parallèlement à ça, tout ce qui n’était pas en bon état et non réparable, j’ai jeté ou recyclé. Et tout ce qui tardait trop à se vendre, j’ai donné à la friperie du coin.

C’est beaucoup de temps, certes, mais ce temps est nécessaire pour se détacher doucement de toutes ces choses qui ont fait partie d’un passé maintenant résolu! Et honnêtement, j’ai récupéré un bon montant d’argent qui valait le coup au final de s’investir autant!

Pensez-y ! Vous pourriez vous balader vous aussi dans le Champ de mars à Paris avec cet argent économisé.

6. Couper les services non essentiels

Le câble, la ligne téléphonique fixe, Netflix, abonnement de jeux en ligne ou autre abonnement payant, appli payante, etc. Est-ce que vous utilisez vraiment toutes ces technologies ? Avez-vous vraiment besoin de tous ces services?

Pour ma part, je n’ai plus de télévision depuis bien longtemps avant mon voyage. Je paye pour un internet haute vitesse et ma ligne de téléphone cellulaire. Je partage les frais de Netflix avec ma sœur et ma mère et c’est tout ! Plusieurs chaînes télé possèdent d’ailleurs leur site internet sur lequel il est possible de visionner des émissions.

7. Favoriser le transport actif

Le transport actif c’est l’action de se déplacer par un moyen qui vous fait bouger, qui utilise l’énergie « humaine » et non le moteur d’un véhicule.

Pour ma part, même quand j’avais une voiture, je prenais mes pieds 90 % du temps pour me déplacer ! En plus d’être une bonne méthode de gestion du stress, c’est excellent pour économiser sur l’essence, pour diminuer l’usure de la voiture et c’est génial pour la planète.

Quoi de mieux pour apprécier la marche que de se munir d’une bonne paire de chaussures ? Si c’est le vélo votre transport actif, alors être bien équipé peut faire toute la différence.

souliers de marche

Ainsi, investir dans de bons équipements, c’est un must absolu. Car mieux vaut investir pour un transport actif afin qu’il soit agréable de le pratiquer que de laisser tomber après une semaine par inconfort.

8. Ne plus se teindre les cheveux

Bon j’avoue que ce point-là peut être choquant. J’ai eu envie de vous le partager malgré tout, car ce fut pour moi une grande étape de ma vie, à l’aube de la quarantaine.

J’ai pris cette décision pour plusieurs raisons. La première était de ne pas avoir à courir les salons de coiffure durant mon long voyage. Puis après, quand les cheveux blancs sont revenus, j’ai compris que j’étais fière de leur laisser la place qui leur revient ! Avoir des cheveux blancs, c’est beau, c’est normal, c’est l’histoire de ta vie qui s’affiche. J’ai donc décidé d’adopter cette liberté d’être qui je suis avec l’âge que j’ai. Point ! Et puis, j’économise beaucoup !

Voyez comme je me sens libre sur cette photo prise dans une petite église baroque en plein cœur de Rome. Un petit concert pour mes 39 ans, un p'tit bonheur tout en mélodie!

9. Ouvrir un compte voyage

Le secret pour moins dépenser est de faire des virements automatiques directement dans un compte autre que votre compte courant.

Le mien se nomme « voyage » ! Pas original, mais tellement stimulant ! Donc, à chaque paye, un montant se vire tout seul dans ce compte et chaque semaine je me rapproche de ma prochaine destination. Aussi, chaque dollar qui arrive par surprise (remboursement d’impôt, ristourne, etc.) aura la mission bien excitante de garnir ce compte « voyage ».

10. Planifier soi-même son voyage

Je n’ai rien contre les agences de voyages. Au contraire, je trouve ça hyper sécurisant pour une personne pas du tout à l’aise avec le processus « planif-voyage » et qui désire avoir un clés en main. Toutefois, c’est un service, donc on paye plus pour l’obtenir. Et c’est bien normal.

Pour ma part, je préfère acheter mon billet d’avion et réserver moi-même mes hébergements, ayant une certaine expérience là-dedans. J’économise donc sur les frais de service.

À suivre : Comment économiser durant le voyage pour repartir plus vite (à venir).

Vous en avez pas assez, visuellement parlant? Sachez que je publie toutes mes prises photographiques sur ma page Facebook (regroupées par pays visités), une fois tous mes articles publiés.

Vous aimerez rigoler tout en voyageant à travers nos chroniques d'aventures!

Autres articles intéressants à ne pas manquer :

Vous avez d'autres trucs pour économiser ?

Je suis preneuse!

Laissez-moi vos commentaires sur le sujet!

Je suis curieuse de vous lire 🙂

N.B. Notez que toutes les photos de ce blogue sont miennes et ne sont pas libres de droits.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *